Le site de l'hélicoptère en montagne .  PHOTOS Helicopter




 
Octobre



    Eté 2008, l'équipe d'Helicomontagne a pu suivre un étonnant ballet aérien dans le Valais Suisse dû au sulfatage de vignes. Nous n'avons pu résister à la tentation de partager cette expérience avec les visiteurs de notre site.

    C'est tout naturellement que nous nous sommes dirigés vers la société Air Glaciers qui s'occupe du traitement des vignes sous le nom de Trans Heli. Leur réputation n'est plus à faire dans le domaine du sulfatage des vignes et des arbres fruitiers puisqu'ils oeuvrent dans ce domaine depuis le début des années 80.
 
En début de saison la société équipe un seul hélicoptère Lama afin de traiter les abricots (courant mars-avril selon les conditions météorologiques). Mais dès la mi-mai cinq hélicoptères du même type sont réservés au traitement des vignes et se répartissent les parcelles à traiter. Le travail se prolongera jusqu'à la mi-août (ce qui correspond à environ 100 jours du début des vendanges afin d'éviter les résidus dans le vin).
 
Le Lama est à son aise dans ce type de travaux, de par son rapport Poids/Puissance et sa maniabilité plutôt appréciée des pilotes.


Caractéristiques du Lama SA 315 B


Aérospatiale SA 315 B Lama

Hélicoptère polyvalent dérivé de l'Alouette II

Premier vol le 17 Mars 1969

5 places avec le pilote compris

Moteur :

Turbomoteur Turboméca Artouste IIIB de 649 kW (870 ch)

Performances:

Vitesse  maximale:    210 km/h

Vitesse maximal équiper épandage: 140 km/h 

Vitesse ascensionnelle initiale: 330 m/mn 

Plafond pratique:                        5 400 m 

Plafond en vol stationnaire avec effet de sol:                                5 050 m 

Distance franchissable maximale: 515 km

Masses:

A vide:                                        1 020 kg 

Maximale au décollage:               1 950 kg 

Avec charge sous élingue:          2 300 kg

Dimensions:

Diamètre du rotor principal: 11,02 m 

Longueur rotor tournant:           12,92 m  

Hauteur:                                      3,09 m  

Surface du disque du rotor principal:                                 95,38 m2



Intérieur du
Lama SA 315 B Air Glaciers HB-XTO



Plein écran        1024 x 768


L'hélicoptère est équipé de réservoirs additionnels installés contre la cellule, derrière le pilote, de chaque côté du réservoir de combustible.


Réservoirs

 
La contenance de ces réservoirs additionnels est d'environ 1000 litres mais ces derniers ne sont remplis qu'à moitié car le poids maximal admis  sur les patins est de 1950 Kg. Donc le Lama à vide pèse à peine plus de 1000 Kg .Mais lorsque l'on cumule le kérosène , le poids du pilote et l'installation du matériel de traitement , les 1950 Kg sont atteints (Il faut environ 3 minutes pour le remplissage des réservoirs)
 
Les perches de pulvérisation dépassent de chaque côté de la machine et font environ 4.50 mètres de long chacune ce qui leur confère une envergure frôlant les 9 mètres. Mais l'ensemble des rampes reste dans le diamètre rotor. La rampe totale représente 50 buses céramiques reparties de chaque côté et en dessous. La pression dans les rampes est de 3.2 bars et alimentée par deux moteurs électriques centrifuges.

Le pilote possède aux commandes deux vide-vite (Dumps) électriques situés sous les réservoirs et un vide-vite mécanique dans le tube central (cross-tube). Cela permet de vider la totalité du produit en 3-4 secondes en cas de nécessité.
 

Perches         Section de pèrche


Le matériel de pulvérisation ( Pompes + Perches + Réservoirs ) demande une journée de travail pour son montage et une demi-journée de réglage. Voilà pourquoi les Lama ne sont dédiés qu'à la seule tâche de sulfatage durant l'été.

Le produit de traitement n'est pas toxique puisque c'est un produit de type "fongique" c'est-à-dire contre les champignons. Il a donc une visée préventive plutôt que curative , sa classe de toxicité est NULLE . En Suisse , il est strictement interdit de mettre de l'herbicide ou de l'insecticide dans un hélicoptère. Le produit est brassé et préparé par un professionnel de la société qui fournit le produit.

 

Panoramique


La journée commence tôt. Le rendez-vous est pris en ce début de mois de juillet à 5h du matin , à la base Air Glaciers de Collombey. Un assistant de vol  prépare le matériel tandis que j'accompagne le pilote et l'autre assistant dans une clairière éloignée de la ville, dans une zone industrielle d'où nous décollerons sans occasionner la moindre gêne aux habitations environnantes.

 

Petit matin        Débachage du LAMA

 
30 minutes plus tard nous pouvons commencer le travail. Nous passerons la matinée à Chardonne dans la région du Léman à mi-chemin entre Lausanne et Montreux.


Lever du soleil
Le deuxième assistant de vol venu en camion avec le matériel est déjà sur place et s'est mis à l'oeuvre. Les responsables de la parcelle à traiter sont là aussi.
 
Premier remplissage des réservoirs suivi d'un test de pulvérisation et c'est parti pour une rotation de 10 minutes.

Remplissage réservoir essence et traitement        Test de la rampe de pulvérisation

 
Pendant les rotations, les assistants de vol ainsi que les responsables de la parcelle préparent une nouvelle tournée de traitement dans une cuve en attendant le retour du Lama.
 
 
Préparation du mélange        Assistants de vol

 
Lorsque le Lama revient, pas une seconde à perdre: "la manoeuvre est bien rodée". Tandis que l'un des assistants s'occupe de refaire le plein de carburant et de produit de traitement l'autre s'occupe de vérifier la mécanique et de mettre un coup de chiffon sur les bulles de la cellule.
 

Remplissage + néttoyage des bulles
 

Les pleins sont faits, la visibilité est bonne : c'est parti pour un tour de manège!

        
Prêt au décollage        Décollage
 
Une fois l'hélicoptère en l'air, ça va vite, très vite. Difficile de lui courir après, surtout avec la typographie de la région.
 


Plongeon dans les vignes        Sulfatage        Sulfatage        Déscente apres un renversement


Sulfatage        Le long des arbres        Sulfatage        Poser
 


 Vivez le sulfatage à travers ces vidéos

Vidéo 1

Réalisation Jean Etienne ALLET pour MAKILA Vidéo
( http://www.makila.info/ )

Vidéo 2

Vidéo 3

Réalisation
Yannick BARTHE pour Aeromedia Concept
( http://www.aeromedia-concept.ch/index.htm )
            

Toute la difficulté pour le pilote réside dans la précision de son sulfatage.                                                                     Les pièges ne manquent pas non plus: arbres, lignes électriques et autres piquets d'arrosage viennent pimenter le travail.
 
Le travail se fait généralement entre 1.50 et 2 mètres du sol et la vitesse est une résultante entre le débit des buses et la quantité de produit à pulvériser par l'hectare. Dans le cas du traitement de vigne par Air Glaciers , la quantité est de 100 litres/ha donc la vitesse est comprise entre 50 et 55 km/h.
 
Le pilote procède par bande de traitement. Des piquets sont implantés dans les vignes avec différentes codifications permettant au pilote de s'orienter.


Les piquets à panneau blanc sont marqués d'un chiffre de 0 à 9 et permettent au pilote de se repérer dans la vigne.

Les piquets à panneau blanc barré d'une croix noire annoncent que la parcelle suivante  n'est pas traitée.

Les piquets surmontés d'un triangle jaune au sommet renversé matérialisent une ligne à suivre dans la vigne. Ils sont installés à intervalles réguliers.

Les piquets aux triangles rouges pointant vers le haut ont la même fonction que les précédents.

Sous la pancarte blanche se trouvent la jaune et la rouge. Par exemple la rouge N°3 se trouve sous la blanche marquée d'un 3.
 
Les différentes orientations des triangles permettent au pilote de savoir où il en est dans le traitement lorsqu'il est à contre jour et qu'il n'est pas possible de différencier les couleurs à cause du soleil.
Lorsqu'il est nécessaire, la Police est présente pour bloquer la route le temps de traiter des vignes le long de celle-ci.
 
Par souci d'efficacité, le traitement se fait dès le lever du jour car l'air ambiant est frais. La température ne doit pas dépasser 25°C. Le sulfatage ne se fait pas par temps de pluie ou de vent ( obligatoirement inférieur a 18 km/h) car ces conditions météorologiques ne sont pas propices à un bon sulfatage. Si une de ces valeurs est dépassée le traitement devra être interrompu.

Une parcelle est traitée entre 3 et 7 fois par hélicoptère durant la saison de traitement.

 
Des papiers révélateurs jaunes ( à base de tournesol )sont positionnés un peu partout dans les vignes pour permettre au propriétaire de voir là où il y aurait eu des manques ou des oublis. Ce papier réagit avec le produit pulvérisé dessus. Ainsi quand le papier est touché des tâches bleues apparaissent. Ils servent aussi à voir la dérive du produit pulvérisé hors des parcelles traitées par hélicoptère.



Exemple d'une feuille de vigne avant et après passage de l'hélicoptère


Feuille de vigne non traitée        Feuille de vigne traitée
Avant                                                                          Apres


Lorsque des zones manquent de traitement, l'hélicoptère revient plus tard avec le propriétaire de l'exploitation pour faire le complément.

Sur la DZ        Prêt à repartir


De nouveaux pilotes sont formés régulièrement à la technique du sulfatage. La formation dure environ 3 ans et représente un peu plus de 100 heures de vol. La première année, le futur pilote fait une première saison en temps que passager pour voir le déroulement du travail. La deuxième année il est en double commande avec son instructeur en place gauche sans la commande de déclenchement de pulvérisation et la dernière année toujours en double commande mais cette fois-ci en place pilote.
 
Les équipes sont généralement constituées des mêmes personnes d'une année à l'autre, ce qui permet d'avoir une bonne cohésion dans le groupe.


Preparatif avant le retour du Lama        Retour de l'hélicoptère


La matinée de travail sur zone se sera étalée de 6h du matin à 10h30 environ.
 
Ce matin là, il y aura eu 62 hectares traités avec 13 rotations et pas moins de 6200 litres de produit pulvérisé.

En comparaison un canon de pulvérisation va utiliser entre 1000 et 2000 litres d'eau pour le même travail que l'hélicoptère .Dans les deux cas il ne sera utilisé que 100 litres de produit à la seul différence que le canon utilisera beaucoup plus d'eau.
 
L'hélicoptère est vraiment un atout dans ces régions où le terrain est accidenté avec de grandes surfaces. L'hélicoptère permet aux Propriétaires/Exploitants d'avoir un programme de traitement établi et fiable ainsi que de se reposer sur des professionnels.


Le lac Léman en fond        Petit nettoyage pour la visibilité

 
Juste le temps pour l'équipage d'avaler un casse-croûte avec les responsables de la parcelle avant de redécoller pour rentrer.

 

Mise en route        Survol du lac
 


Dans la machine        Ombre au sol au retour
 

Une fois de retour à la base, l'hélicoptère va être entièrement nettoyé. Les pièces non fragiles seront lavées à grande eau au jet et les parties mécaniques seront toutes passées au chiffon humide et regraissées. Cela prendra environ 2h30 aux deux assistants.
 

Nettoyage


Nous tenons à remercier Air Glaciers et tout particulièrement Mr Christian ROSAT et Véronique COPPEY.                    Un clin d'oeil à l'équipage pour leur sympathie et leur disponibilité.


Air Glaciers        
 




Toutes les images sur le Site Helicomontagne.fr  sont sous la propriété de l'administrateur Mr BALMAIN Olivier. Aucune utilisation de ces images sans autorisation n'est autorisée. Cette reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivant du Code de la propriété intellectuelle, sans préjudice des sanctions prévues en cas de violation de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés. Si vous désirez utiliser une image de ce site, vous devez faire une demande écrite à l'administrateur, via e-mail, à cette adresseinfo@helicomontagne.fr